the lion goes from strength to strength

 

 

 

THE LION GOES FROM STRENGTH TO STRENGTH,

Ce slogan de Peugeot, apparu dans les pays anglophones dans les années 80, est plus actuel que jamais.

 

Bildschirmfoto 2017-04-02 um 21.01.56
Le lion plus fort que jamais

 

Après un mariage de plus de 88 ans avec Opel et GM, Peugeot a mis fin à cette romance, qui n’avait plus rien de romantique depuis 1999, dernière année où Opel a réalisé un profit. GM a attendu plus de 16 ans pendant lesquelles Opel est resté dans le rouge. A cause de ce déficit depuis seize ans, GM n’avait plus ni les ressources ni la persévérance d’attendre plus longtemps. GM était désespéré !

Pour Peugeot et GM, acheter Opel et Vauxhaul était comme un cadeau tombé du ciel.

Les deux constructeurs ont négocié pendant plusieurs mois sans que la presse, la politique ni même les employeurs et les gérants d’Opel ne soient au courant.

Mi-février, PSA et GM ont annoncé publiquement leur volonté de fusionner avec Opel. Tout le monde a été surpris, les politiciens, les employeurs de PSA tout comme Opel, et même les autres constructeurs automobiles. Pendant deux semaines, la presse a spéculé sur les probables avantages et désavantages pour les deux marques. Il y avait même des pétitions contre cette fusion mais en vain.

Le 6 mars, un jour avant l’ouverture du Salon auto à Genève, Peugeot et GM ont annoncé officiellement qu’Opel changeait de propriétaire après 88 ans et devenait français.

A partir de là, les chiffres annuels de PSA sont devenus formidables et la nouvelle Peugeot 3008 a été élue Voiture de l’année 2017 par les journalistes automobiles indépendants.

 

images
Peugeot 3008, voiture de l’année 2017

Ce rachat d’Opel par PSA permettra au groupe français de « réaliser d’importantes économies d’échelle et de dégager des synergies dans les domaines des achats, de la production et de la R&D ». Il lui offrira aussi la seconde place sur le marché automobile européen derrière Volkswagen. Cette acquisition aidera également PSA à poursuivre son plan d’expansion mondiale.

Cela fait déjà beaucoup d’avantages pour PSA. Qu’en est-il des désavantages ?

Cette fusion n’était pas la première fusion de PSA avec la marque fille (ou filiale) d’une grande marque américaine. En 1978, Peugeot avait racheté Chrysler France avec Simca. Comme aujourd’hui avec cette acquisition, PSA avait obtenu la seconde place sur le marché automobile. Quelques années plus tard, Peugeot était presque en faillite et la fusion avec Chrysler France, Simca puis ensuite Talbot a été un fiasco.

Il n’y a plus qu’à espérer qu’il n’en sera pas de même avec cette nouvelle acquisition.

A vrai dire, la combinaison de la créativité française et de la rigueur allemande pourrait créer une nouvelle force pour atteindre la première position en Europe avant Volkswagen.

Pour obtenir cette vision de PSA, il s’agit de refaire en Allemagne ce que PSA est parvenu à faire en France. « En trois ans, on est passé de l’enfer au paradis », lance-t-on chez PSA. Car paradoxalement, il y a trois ans, Peugeot était presque en faillite et GM a repris une part de PSA. Même si Opel et tout son entourage s’inquiètent pour leur marque et les emplois, cette acquisition pourrait sauver Opel et son futur comme constructeur automobile. Il est préférable qu’Opel reste dans les mains de GM. Lorsque la patience de GM sera à bout, il pourrait fermer Opel et ses usines pour toujours.

Il n’y a plus qu’à espérer que dans cette nouvelle atmosphère d’acquisition, PSA arrivera à remettre en route Opel, de manière à ce qu’à l’avenir, Opel garde sa place parmi les constructeurs automobiles européens. Finir comme Saab ou Lancia serait bien plus grave et ne bénéficierait à personne.

Ensemble, le lion, le chevron et Opel seront plus fort que jamais. Que pensez-vous de cette acquisition ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *