Dalida, une Diva inoubliable

LE 3 MAI MARQUAIT LE TRENTIÈME ANNIVERSAIRE DE LA DISPARITION DE DALIDA.

Née Yolande Christina Gigliotti en 1933 à Kairo, elle avait connu le succès il y a 40 ans avec « Gigi-l’amoroso » ou « Paroles, Paroles » en duo avec Alain Delo. Iolanda Cristina Gigliotti est devenue immortelle. Même 30 ans après son suicide à Paris, Dalida reste une icône de la variété française et l’une des chanteuses qui ont connu les plus grands succès.

Elle était une fille d’immigrants italiens en Égypte, Yolande Gigliotti avait été élue en 1954 Miss de son pays d’adoption. Même année en 1954 elle voulait découvrir le monde et devenir actrice. Ses rêves pas réalisables car son accent italien était trop fort. Elle ne se décourage pas et elle participe à un télé-crochet. Avec succès. Sa première chanson « Bambino » est un succès immédiat, comme sa vie privée, puisqu’elle était mariée à Lucien Morisse, dont elle a été l’épouse pendant six ans. Dalida devait enchaîner les succès les uns après les autres.

Mais quelques mois plus tard ils divorcent. La première crise privée commence, au milieu des années 60, la fameuse période noire de sa vie : Dalida et Luigi Tenco participent au festival SanRémo, mais la critique du jury est insupportable pour Luigi Tenco. Il se suicide.

Que 4 ans plus tard, en 1972, qu’elle recommence à faire de la musique. Avec le plus grand succès en 1973 le duo avec Alain Delon « Paroles, Paroles ». Cette chanson devient un succès immédiat même au Japon.

 

images
Dalida en pleine forme

Si on écoute bien ses chansons de cette époque, on retrouve une mélancolie et des textes très tristes. Elle lance des chansons très populaires comme « Gigi-l’amoroso » ou « Il venait d’avoir 18 ans ». Le temps passe et le succès reste, jusqu’au début des années 80. Pourtant ses disques continuaient de se vendre, on la voyait encore à la télévision, son engagement derrière la candidature de François Mitterrand en 1981 fait beaucoup parler d’elle.

30 ans après être partie en 1986 en Egypte elle y retourne pour sa composition de « mamma » égyptienne, dans « le Sixième Jour » de Youssef Chahine. Son début sur l’écran comme actrice était très réussi et perçu comme le début possible d’une nouvelle carrière sur les plateaux de cinéma. Malheureusement ce film sera le seul, le 3 mai 1987 elle met fin à sa vie, en laissant un petit message, sur lequel se trouve « La vie m’est insupportable, pardonnez-moi. » C’est après avoir écrit ce message pathétique, que Dalida a absorbé une dose massive de barbituriques. On devait découvrir dimanche après-midi le corps de la chanteuse dans son appartement de la rue d’Orchampt à Montmartre. Pour honorer Dalida, on a nommé une place à son nom, place de Dalida.             Elle est enterrée dans un cimetière à Montmartre.

Unknown-1
Place Dalida à Paris

PS : « Que Dalida repose en paix et que tu restes dans nos cœurs pour toujours » tes petitsmarketers

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *